19L’ostéoporose est une maladie chronique fréquente et invalidante.  Elle se caractérise par une diminution de la densité osseuse.

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

L’ostéoporose est une maladie fragilisant les os, elle se caractérise par une diminution de masse osseuse et une détérioration du tissu osseux. La perte de densité osseuse s’accompagne d’une modification de l’architecture osseuse. Cette condition entraîne une plus grande fragilité osseuse et des risques de fractures, particulièrement de la hanche, de la colonne vertébrale et du poignet.

L’ostéoporose est désormais reconnue comme un problème de santé publique. Elle touche  40% des femmes après la ménopause mais également8% des hommes après 65 ans. Un tiers des femmes risque ainsi d’être victime d’une fracture secondaire à l’ostéoporose, et ceci dès 50 ans.

Quelles en sont les facteurs de risque ?

Le risque d’ostéoporose augmente avec l’âge. Cette pathologie principalement liée au vieillissement, concerne plus particulièrement les femmes mais peut aussi plus rarement toucher les hommes. 

L’ostéoporose peut avoir plusieurs causes, selon qu’elle est dite « primitive » ou « secondaire » lorsqu’elle est la conséquence d’une autre maladie.

  • Facteurs des ostéoporoses dites « primitives » :
    • Facteurs génétiques
    • Juvénile (jusqu’à l’âge de 25 ans)
    • Grossesse
    • Ménopause
    • Vieillissement chez l’homme (après 70 ans)
  • Facteurs des ostéoporoses secondaires :
    • Traitement prolongé par de fortes doses de cortisone
    • Rhumatismes inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite, arthrite chronique juvénile)
    • Maladies endocriniennes (maladies de la thyroïde, insuffisance des glandes sexuelles)
    • Maladies digestives (atteintes sévères du foie, maladies chroniques de l’intestin)
    • Autres causes (anorexie mentale, intoxication alcoolo-tabagique, malnutrition sévère, immobilisation prolongée, fuite chronique du calcium dans les urines, maladies tumorales, greffes d’organes, insuffisance rénale chronique sévère).

source : www.tout-sur-osteoporose.fr

Quels sont les symptômes ?

L’ostéoporose n’engendre généralement aucun symptôme, c’est une maladie qui passe souvent inaperçue car elle ne provoque parfois aucune manifestation ni aucune douleur et elle n’est découverte qu’à la suite d’une fracture. Le risque de fractures est d’autant plus important que la personne est âgée.

Il y a généralement 3 types de fractures observées lors de l’ostéoporose, les fractures du poignet, les fractures du col du fémur et les fractures de la colonne vertébrale. Celles-ci peuvent causer des douleurs ainsi qu’une perte d’autonomie  invalidante dans la vie quotidienne et, enfin, une perte de confiance en soi.

Les signes d’ostéoporose sont :

  • Réduction de la taille de quelques centimètres, de l’ordre de 4 cm ou plus (liée aux courbatures du dos),
  • Une fracture (fracture du poignet par exemple) sans choc violent,
  • Une scoliose (déformation de la colonne vertébrale provoquant une torsion du rachis accompagné d’une déformation du thorax) ou une cyphose (déformation de la colonne vertébrale entrainant une courbure en arrière de la colonne vertébrale et provoquant un dos rond).
  • Des douleurs vertébrales violentes, des difficultés à effectuer certains gestes de la vie quotidienne.

Quels sont les traitements ?

Plusieurs solutions existes afin de prendre en charge la maladie. Différents médicaments sont à disposition pour ralentir son évolution et diminuer le risque de fractures.

Les principaux traitements contre l’ostéoporose sont :

– Le calcium et en vitamine D, a tout âge, des apports suffisants en calcium et en vitamine D aident à consolider les os. Et après 50 ans, calcium et vitamine D contribuent à éviter le risque de fracture qui augmente avec l’âge.

En plus du calcium et de la vitamine D, deux attitudes sont efficaces :

  • Avoir une bonne hygiène de vie peut préserver le capital osseux et prévenir le risque de chutes et de fractures ostéoporotiques. Il est important d’adapter son alimentation, et de conserver une activité physique régulière.
  • Se faire dépister. En l’absence de fracture majeure (vertèbre, hanche, bras, côtes ….) survenue à la suite d’un traumatisme peu intense, seule une ostéodensitométrie peut confirmer ou infirmer la présence de la maladie : cet examen-clé mesure avec précision la densité minérale osseuse. Plus la valeur mesurée est basse, plus l’ostéoporose est avancée.

– Les amino bisphosphonates (alendronate, étidronate, risédronate, etc.) sont les traitements de premier recours dans la prévention des fractures chez les patients à risque élevé.

– Le traitement hormonal substitutif de la ménopause (ou THS) constitue le moyen le plus simple, le plus efficace et aussi le moins coûteux de prévenir l’ostéoporose chez la femme ménopausée à risque osseux, en particulier dans les années qui suivent la ménopause. Souvent controversé, il doit être individualisé et nécessite une surveillance mammographique et gynécologique régulières.

– Les modulateurs sélectifs des récepteurs des oestrogènes ou SERM (raloxifène) sont des molécules  qui agissent au niveau de l’os, en « imitant » l’effet des œstrogènes.

L’aménagement intérieur du domicile peut aussi éviter certaines chutes domestiques. Il existe un certain nombre de solutions et d’astuces pour aménager son logement et le  rendre plus sûr afin d’y vivre le plus sereinement possible.

la Journée Mondiale de l’Ostéoporose

Chaque année, le 20 octobre, a lieu la Journée Mondiale de l’Ostéoporose, initiée par l’International Osteoporosis Fondation (IOF), l’occasion de communiquer sur les risques de cette pathologie, notamment en l’absence de diagnostic.

Author: Pauline Degonde

Rédacteur Web chez Uni Santé - Suivez l'actualité de la santé et du vieillissement, à travers des sujets en lien direct avec votre quotidien.

Catégories
Tags
  • densité osseuse
  • hygiène de vie
  • maladie chronique
  • ménopause
  • os
  • Ostéoporose
  • prévention
  • symptômes
  • traitements
  • vieillissement