D’après les prévisions de l’INSEE et de la Dress et en retenant une définition large de la perte d’autonomie, 21 millions de seniors vivront en France en 2030 dont 3 millions en situations de perte d’autonomie. En 2050, ces chiffres se porteront respectivement à 25 et 4 millions.

Compte tenu des habitudes de prise en charge de la perte d’autonomie dans notre pays ce sont ainsi 108 000 seniors qui seraient attendus en EHPAD d’ici 2030 et 211 000 de plus entre 2030 et 2050.[1]

La question de l’offre d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est donc primordiale pour notre pays.

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? La répartition géographique des structures est-elle satisfaisante, ces structures sont-elles adaptées aux besoins des personnes âgées et enfin, quel est le coût mensuel du séjour ? 

Une offre globalement stable mais inégale

Avec 595 204 lits à fin décembre 2020[2], la France offre globalement 1 place en EHPAD pour 10 personnes de plus de 75 ans, âge correspondant à l’âge moyen d’entrée en établissement. Pour être précis, le ratio est de 9,53% contre 9,73% en 2019.

On observe cependant une forte inégalité au niveau des départements. En effet, là où le nombre de places est de 16,37 pour 100 personnes de plus de 75 ans, il n’est que de 4,2 places à Paris. Ce constat peut s’appliquer aussi au niveau des régions. En Ile de France et en PACA, le taux d’équipement est inférieur ou égal à 8 places pour 100 personnes de plus de 75 ans. A contrario, en Bretagne ou dans les Pays de la Loire, le taux d’équipement est supérieur à la moyenne nationale, créant donc d’importants différentiels de prise en charge et de coûts.

Répartitions des lits en EHPAD par départements en 2020 en France
Répartitions des lits en EHPAD par départements

Un secteur dominé par l’offre publique

Les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) peuvent être publics, privés commerciaux ou associatifs.

Sur les 7 367 établissements présents sur le territoire métropolitain en 2020, 45% sont public, 31% associatifs et 24% commerciaux.

Ici aussi la répartition n’est pas homogène. Ainsi, les établissements publics sont majoritaires dans les départements ruraux, les établissements commerciaux dans les aires urbaines et les structures associatives dans l’Est de la France et cela pour des raisons historiques.

Un coût moyen d’hébergement mensuel de 2157€

En 2020 en France, le tarif journalier (hébergement + dépendance) moyen en chambre simple est de 71,88€ soit 2 157€ par mois sur la base de 30 jours.

Il s’agit d’une moyenne nationale, le tarif réel pouvant varier du simple au double en fonction du lieu de résidence de la personne.

Sur Paris le tarif mensuel moyen est de 3 798,30 €, 3 376 € dans les Hauts de Seine et 2 991 dans les Yvelines. A l’opposé, dans le Cantal, la Haute-Saône, l’Aveyron, la Meuse, celui-ci est inférieur à 1 800 €.

Cette disparité territoriale s’explique d’ailleurs en partie par l’offre. En effet, plus le ratio de lits par personne de +75ans est fort, plus le tarif a tendance à être moins élevé.

Tarif mensuel moyen en EHPAD en France en 2020
Tarif mensuel moyen en EHPAD

Ces disparités de tarifs sont également liées aux statuts des structures d’hébergement. Le tarif journalier moyen passe de 58€ pour les EHPAD publics à 90€ pour les EHPAD privés expliquant ainsi les tarifs dans les zones urbaines où le privé est majoritaire.

Des résidents de plus en plus dépendants

Le niveau de dépendance des personnes accueillies dans un établissement peut être mesuré à partir du Gir Moyen Pondéré (GMP). Le GMP définit le niveau moyen de dépendance des résidents d’un établissement. Plus celui-ci est élevé, plus le niveau de dépendance des personnes âgées est important.

Au niveau France, le GMP moyen est de 712, avec des différences en fonction du statut : de 697 pour les EHPAD associatifs à 730 pour les EHPAD commerciaux, ce qui témoigne d’un accueil de résidents plus « dépendants » au sein de ceux-ci. 

L’accueil des patients Alzheimer en EHPAD

74 136 places sont dédiées à la prise en charge de patients Alzheimer au sein d’Unités de Vie Protégées, soit 12,5 % des places existantes en EHPAD.

Là encore, on note une très forte disparité en fonction des départements, allant d’un ratio de 5,7 % pour le département de l’Aveyron à un ratio de 17,9 % pour la Haute Savoie.

Quelle répartition pour les lits Alzheimer en EHPAD en 2020 en France.
Répartition des lits Alzheimer en France

On soulignera également que le plan Alzheimer mis en place entre 2008 et 2012 avait prévu de généraliser la réalisation de Pôles d’Activités et de Soins Adaptés (PASA) et d’Unités d’Hébergement Renforcées (UHR) dans les EHPAD afin de prendre en compte l’évolution des besoins.

Selon nos données, seulement 23% des établissements dispose d’un PASA et moins de 3% d’une UHR remettant en cause l’efficacité du plan Alzheimer.

Un taux d’encadrement moyen de 0,62

Le taux d’encadrement global se définit comme le nombre d’emplois directs en équivalent temps plein par rapport au nombre de résidents accueillis. Toutes les fonctions présentes dans l’EHPAD, à savoir les salariés appartenant aux pôles administratifs, de restauration, d’animation, d’hébergement et de soins sont prises en compte dans le calcul du taux d’encadrement global.

Le taux d’encadrement global moyen est de 62 équivalents temps plein pour 100 résidents, avec des différences en fonction du statut juridique des structures : 65 pour les EHPAD publics, 60 pour les EHPAD associatifs et 58 pour les EHPAD privées. 

De nouveaux services en développement mais de façon trop ténue

Depuis quelques années, nous pouvons observer le développement de nouveaux services soit par l’approche soit par l’usage de la technologie visant à améliorer la prise en charge des personnes âgées.

Au niveau technologique, le développement de la télémédecine permet d’améliorer la prise en charge des résidents en EHPAD notamment en permettant un accès rapide à des médecins spécialistes, et cela d’autant plus en temps de pandémie et de confinement, et d’éviter une hospitalisation. Sur le plan national, 23% des établissements sont équipés, contre 11% en 2019, avec une forte concentration dans les départementaux ruraux de l’Ouest tels que le Gers ou le Lot où l’on atteint +50% vs. <1% en Haute Savoie.

En parlant de technologie, nous avons vu en 2020 l’importance des moyens de communication afin de maintenir le lien social des personnes âgées dans des temps difficiles de crise sanitaire. Malheureusement, les EHPAD sont sous-équipés avec seulement 40% des établissements proposant le Wifi dans toutes ou certaines de leurs chambres.

Conclusion

Malgré une offre globalement importante avec 1 lit pour 10 personnes de plus de 75 ans, il semble important de continuer à ouvrir de nouveaux lits afin de suivre l’évolution démographique du pays mais également afin de limiter les disparités démographiques. Selon la CNSA, sur les 9720 places à créer d’ici 2023, 26% doivent être installées en Ile-de-France[3].

Le taux d’encadrement en EHPAD est relativement faible, alors que les résidents sont de plus en plus dépendants.   Dans le même temps, avec 74 136 places en Unités Protégées, le nombre de places pour les patients Alzheimer reste aujourd’hui insuffisant.  

La crise sanitaire actuelle nous rappelle également l’importance d’accélérer le développement de la télémédecine dans les EHPAD afin de permettre une prise en charge à distance mais également de pousser l’installation du Wifi dans tous les établissements dans le but de garantir le maintien du lien social.

Enfin, avec un coût moyen d’hébergement de 2 157€, nous devrons forcément nous poser la question du financement de la perte d’autonomie.

Officiellement reconnu comme 5ème branche de la Sécurité sociale depuis Août 2020, la perte d’autonomie se voit attribuer par le Projet de loi relatif au financement de la Sécurité Sociale une enveloppe de 31,6 Milliards d’euros au titre l’année 2021.

Nous pourrons donc légitimement nous demander si ces nouvelles lignes de crédits seront suffisantes afin de pallier aux disparités et aux défaillances de prise en charge des personnes âgées dans notre pays.

Malgré un décalage dans le temps du fait de la crise sanitaire, la Loi Grand Age reste à l’agenda législatif pour 2021. Quel modèle pour l’EHPAD du futur ?

La question doit être posée en termes de structures, d’encadrement, de services installés (numérique, télémédecine, offre de répit, ouverture vers l’extérieur…..), de coût et bien évidemment de financement.


[1] Perte d’autonomie : à pratiques inchangées, 108 000 séniors de plus seraient attendus en Ehpad d’ici à 2030 – Dress décembre 2020

[2] Uni Santé – enquête décembre 2020

[3] Accueil et accompagnement des personnes âgées. Bilan des réalisations au 31 décembre 2018 et programmation de places nouvelles entre 2019 et 2023 – CNSA 2020

Tags
  • EHPAD
  • entrer en ehpad
  • Panorama des EHPAD
  • tarif des EHPAD
  • tarif ehpad
  • tarifs en EHPAD
  • 1 réflexion sur « Panorama 2020 des EHPAD »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Combien coûte un s

      […] Selon les données de l’étude Uni Santé 2020 – Panorama des EHPAD 2020 […]