La maladie d’Alzheimer est une affection dite neurodégénérative caractérisée par l’apparition de lésions intracérébrales, décrites par le Dr Aloïs Alzheimer au début du XXème siècle. Les lésions envahissent le cerveau et détruisent progressivement les neurones, entraînant ainsi la perte progressive et irréversible des fonctions cérébrales.

Si les troubles de la mémoire sont fréquemment associés à la maladie, ce ne sont pas nécessairement ceux qui apparaissent en premier. La maladie d’Alzheimer engendre également des troubles intellectuels (langage, orientation, organisation, reconnaissance) mais aussi des troubles du comportement (agressivité, dépression), de plus en plus marqués au fur et à mesure que la maladie avance.

Avec neuf cent mille personnes atteintes de la maladie, la France fait partie des pays où le nombre de malades est le plus élevé. Contrairement à une idée largement répandue qui veut que cette maladie concerne principalement les personnes âgées, vingt mille patients touchés ont moins de 60 ans.

La Maladie d’Alzheimer en quelques chiffres

La maladie d’Alzheimer représente la démence la plus fréquente au monde. En France, elle est la 4ème cause de mortalité. En comptant les malades et leur entourage proche, 3 millions de personnes sont concernées par la maladie d’Alzheimer en France. On dénombre 900 000 personnes atteintes en France et 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. En 2020, 1 275 000 personnes seront touchées par la maladie, soit un français sur quatre âgé de plus de 65 ans.

Et avec le vieillissement de la population, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le nombre de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer devrait doubler tous les vingt ans. En 2050, près de 100 millions de personnes pourraient être atteints. Or, la maladie d’Alzheimer reste incurable. Les efforts en matière de recherche s’intensifient et ouvrent des nouvelles pistes thérapeutiques, mais aucune solution miracle n’a été trouvée pour le moment.

Où en est la recherche ?

Plus de 100 ans après la découverte de la maladie, on ne connait toujours pas précisément les causes de cette pathologie neurodégénérative complexe.

Bien que nous ayons de nombreuses pistes : facteurs génétiques, déficit de neurotransmetteurs, accumulation de toxines, processus auto-immuns. Alzheimer peut être génétiquement transmissible, mais il n’existe que quelques familles dans le monde où une transmission directe a pu être mise en évidence.

La maladie d’Alzheimer ne se guérit pas. Les médicaments proposés permettent cependant d’agir sur les troubles cognitifs et comportementaux, même s’ils ne sont aujourd’hui prescrits qu’à seulement un tiers des malades. Ils n’empêchent pas la dégénérescence des cellules mais peuvent ralentir la progression de la maladie. 4 médicaments sont commercialisés en France, appartenant à deux familles : les anticholinestérasiques et les antiglutamates.

Néanmoins l’efficacité de ces médicaments est jugée faible par la Haute autorité de santé. Il n’existe pas encore de traitement pour enrayer cette maladie même si des pistes prometteuses commencent doucement à se profiler.

Grâce à la recherche, le volume de connaissance n’a fait que croître et la prise en soin des personnes malades s’est considérablement améliorée.

La difficulté principale consiste à diagnostiquer la maladie à un stade précoce, au lieu d’attendre l’apparition des premiers symptômes. C’est pourquoi la Fondation pour la recherche médicale (FRM) met l’accent sur l’importance du soutien aux travaux scientifiques dans le domaine des maladies neurodégénératives à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer ce 21 septembre. Mais n’oublions pas que les efforts déjà réalisés en matière de diagnostic, traitement et prévention au niveau mondial donnent espoir.

Les chercheurs continuent quotidiennement de proposer des pistes de réflexion pour mettre au point un traitement freinant la maladie :

  • Des études ont mis en avant les effets bénéfiques d’une nanoparticule à base d’or, ou encore du THC, un des principaux actifs du cannabis.
  • Selon les conclusions d’une étude scientifique, renifler du vin serait un excellent moyen de prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Cette nouvelle, bien qu’à ses ébauches, pourrait néanmoins en ravir plus d’un ! C’est tout du moins ce que prétendent les chercheurs duCleveland Clinic Academic Hospital à Las Vegas dans une étude publiée dans « Frontiers in Human Neuroscience ».
  • D’autres pistes ouvrent des nouveaux horizons thérapeutiques. Notamment l’utilisation d’une substance chimique, la nicotine, dont on connaît l’effet bénéfique sur la mémoire depuis des dizaines d’années. Des travaux supplémentaires sont nécessaires et plusieurs années risquent de s’écouler avant la mise sur le marché d’un premier traitement, mais l’espoir et les efforts ne diminuent pas.
  • La startup israélienne Neuronix a mis au point un traitement de la maladie d’Alzheimer par des stimulations cérébrales magnétiques émises par un casque, tout en mettant en place des exercices de mémoire et de compréhension. Les essais cliniques réalisés sur différents patients atteints de la maladie ont prouvé leur efficacité.
  • L’équipe toulousaine du professeur Bruno Vellas doit présenter en décembre les résultats d’un traitement en cours d’étude contre la maladie d’Alzheimer.
  • Un traitement expérimental contre la maladie d’Alzheimer a atteint la phase III d’un essai clinique mené par le laboratoire Merck. La molécule verubecestat serait capable de réduire la formation des plaques amyloïdes dans le cerveau sans effets secondaires toxiques.  
  • Un stroboscope pourrait traiter la maladie. Les derniers travaux du prix Nobel de médecine, S. Tonegawa, suggèrent que la maladie d’Alzheimer ne fait pas disparaître les souvenirs, mais les rend inaccessibles. les chercheurs ont donc adopté une toute autre approche : plutôt que de vouloir modifier la chimie du cerveau pour combattre les plaques amyloïdes, ils se sont intéressés à son activité électrique ; plus précisément, à son activité rythmique ou oscillatoire, elle-même liée au fonctionnement d’un type particulier de neurones : les interneurones inhibiteurs rapides.

Toutefois, ces études n’en sont qu’à leur début et, à ce jour, aucun médicament n’est en mesure de guérir la maladie d’Alzheimer ou les maladies apparentées.

Les différents stades de la maladie d’Alzheimer

L’évolution de la maladie est très variable d’un individu à l’autre. Les premières lésions apparaissent généralement 10 à 15 ans avant les premiers symptômes. La perte de la mémoire est le signe spécifique de la maladie. Qu’elle émane du patient lui-même ou de son entourage, ce constat est celui qui conduit le plus souvent à consulter un médecin.
Les trois étapes de la maladie d’Alzheimer :
  • Etape 1, stade léger

Elle se caractérise par des pertes de mémoire qui gênent le suivi d’un travail ou l’accomplissement des tâches domestiques. Parmi les symptômes courants, on note des oublis bénins et des problèmes de communication comme trouver le mot juste ou suivre une conversation. Certaines personnes poursuivent leurs activités tandis que d’autres ont tendance à devenir passives et à se replier sur elles-mêmes. La personne atteinte peut également être frustrée par ses pertes de capacités. Elle deviendra peut-être anxieuse ou déprimée. Il est donc important de surveiller son bien-être émotif.

Cette période s’étend sur une durée de deux à quatre ans.
  • Etape 2, stade modéré

Au cours de cette phase, on note une détérioration plus grande des capacités mentales et physiques de la personne. Les pertes de mémoire s’aggravent et elle en vient à ne plus se souvenir de son histoire personnelle et à ne plus reconnaître sa famille et ses amis. La plus grande confusion et la perte du sens de l’orientation dans l’espace et dans le temps exigeront qu’on l’aide pour de nombreuses tâches quotidiennes comme s’habiller, se laver, aller aux toilettes.  La personne souffre parfois de délires, d’hallucinations ou d’insomnies. Il lui arrive d’errer sans but, et de se perdre sur des parcours en principe évidents.

  • Etape 3, stade avancé

Dans la phase avancée, la personne n’est plus en mesure de se souvenir, de communiquer ou de prendre soin d’elle-même. Elle nécessitera des soins jour et nuit. Éventuellement, elle sera alitée, elle aura de la difficulté à manger et à avaler, et elle perdra la maîtrise de ses fonctions corporelles. Cette phase se termine par le décès de la personne, souvent à la suite de complications secondaires comme une pneumonie.A ce stade, le malade Alzheimer perd le sens et la reconnaissance des mots. Mais la musique, le toucher, le contact visuel éveillent chez lui des réactions, sûrement liées à des émotions très anciennes.

Quelques conseils pour maximiser ses chances d’échapper à la maladie Alzheimer

Quelques conseils pour échapper à la maladie ou faire reculer l’apparition des premiers symptômes :

Les scientifiques n’ont pas encore toutes les clés pour vaincre la maladie, mais des essais cliniques ont montré les bienfaits de l’activité physique sur l’amélioration de la cognition. Une étude parue en 2013 a par ailleurs montré que la pratique régulière d’un exercice physique  est efficace pour ralentir et diminuer la progression de la maladie chez des personnes présentant déjà des signes modérés de démence.

Un régime alimentaire équilibré est un autre facteur de protection. On observe beaucoup moins de gens souffrant de la maladie d’Alzheimer chez les populations qui mange sainement et équilibré. Une étude parue l’an dernier a aussi mis en avant l’effet protecteur d’un régime méditerranéen  contre le déclin cognitif.

Author: Pauline Degonde

Rédacteur Web chez Uni Santé - Suivez l'actualité de la santé et du vieillissement, à travers des sujets en lien direct avec votre quotidien.

Catégories
Tags
  • Accompagnement
  • activité physique
  • activités senior
  • aidants
  • Alzheimer
  • démence
  • dependence
  • diagnostic
  • EHPAD
  • France Alzheimer
  • journée mondiale de la maladie d’Alzheimer
  • lien social
  • maladie
  • Maladie d'Alzheimer
  • nouvelles technologies
  • perte d'autonomie
  • prévention
  • recherche
  • seniors
  • Silver Economie
  • therapies
  • traitement
  • troubles cognitifs
  • troubles comportementaux
  • troubles de la mémoire
  • vie quotidienne
  • Vie sociale