Après avoir lancée la filière de la Silver Economie en avril dernier, avec Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, a présenté, le 5 décembre 2013, dans le cadre de la première édition du salon Silver Economy Expo, le rapport du Commissariat général à la stratégie et à la prospective « la Silver Economie, une opportunité de croissance pour la France ».

La Silver Economie : une opportunité de croissance pour la France

Dans les sociétés développées, le vieillissement de la population s’accélère avec l’allongement de la durée de vie et l’avancée en âge des baby-boomers. Les prospectives indiquent qu’entre 2005 et 2035, le nombre de seniors devrait augmenter de 80%. Cette évolution démographique inédite pose des défis en termes de financement des systèmes de santé et de retraite. Ce rapport s’interroge sur la valeur économique que peut apporter le vieillissement.

– L’essor du marché des seniors peut-il être une source de croissance pour l’économie française ?

– De quelle façon les pouvoirs publics peuvent-ils encourager la réalisation de ce potentiel ?

– Le développement d’une Silver Economie peut-il être un levier dans des secteurs de service ou de technologies avancées ?

Le vieillissement a effectivement des conséquences économiques et industrielles. Cette évolution démographique ouvre des marchés de produits, de services et de technologies dédiés aux personnes âgées. L’essor de ces marchés par leurs interactions apporte un effet de levier à certaines filières industrielles : domotique, robotique, numérique, technologie de l’autonomie…

Par ailleurs, le taux d’épargne associé au vieillissement devrait probablement augmenter et peut être orienté vers de l’investissement productif.

Dans cette perspective, le rapport propose six mesures pour faire de la Silver Economie une opportunité de croissance pour la France

Proposition n°1 : l’économie sous contrainte du social

  • Fonder la stratégie d’émergence de la filière Silver Economie sur le ciblage des seniors les plus aisés, seule clientèle solvable.
  • Aider au déploiement d’une infrastructure qui permettra dans un second temps le passage au marché de masse et le développement de l’offre médico-sociale.
  • Recentrer l’aide financière sur les plus en difficulté.

Préparation insuffisante à la retraite, organisation médico-sociale insuffisante, le vieillissement démographique, pourtant prévu, a surpris toute une génération. Face aux difficultés d’un grand nombre de situations, la réponse « naturelle » de la société est l’assistance, mais la contrainte financière existe. Le maître mot est devenu la solvabilisation de la demande. Or il existe une part importante de la population âgée qui n’a pas besoin d’être subventionnée et qui reste en attente d’un marché sans savoir vraiment ce qui relève de sa charge ni ce qui pourrait être apporté par une assistance à tous.

Proposition n°2 : une typologie de la demande

  • Rationaliser l’offre de service en prenant pour pivot la téléassistance.
  • En favorisant la standardisation des échanges via des plateformes, l’Etat permet de multiplier les bouquets de services et de produits.

La population senior peut se définir selon deux axes : l’état de santé et le niveau de revenus. Cela permet de définir trois grandes catégories de consommateurs : les seniors en bonne santé, les seniors fragiles et les seniors dépendants, tout en prenant en considération leurs revenus. Le rapport recommande de déployer une offre en cascade qui ciblerait d’abord la clientèle la plus solvable. Cela permettrait d’installer une organisation sur laquelle se grefferait ensuite le médico-social. Certains marchés de la Silver Economie pourraient ainsi émerger sans pour autant être trop subventionnés. En parallèle, les plus vulnérables financièrement doivent être aidés pour solvabiliser la demande et lutter contre les inégalités face à la dépendance.

Proposition n°3 : la Silver Economie : un plan industriel

  • Pour rendre l’épargne immobilière plus facilement mobilisable, étudier les possibilités de réforme du viager vers une vente partielle du bien pour rendre l’épargne immobilière plus facilement mobilisable »
  • Renforcer l’impact d’une telle réforme en favorisant le développement d’un marché du risque de longévité.

Le taux d’épargne des seniors est élevé. Sur 100€, un senior en moyenne en épargne 30. On constate aussi que l’aversion au risque s’accroit avec l’âge et le souci de transmettre un patrimoine incite à rejeter des placements à un terme jugé trop lointain. Enfin plus de 70% des seniors sont propriétaires de leur résidence principale.

Lors de la présentation du rapport, Michèle Delaunay a précisé que l’espérance de vie au moment du départ à la retraite est de 30 ans pour une femme, légèrement moins pour un homme. Que signifie alors l’héritage lorsque l’on transmet à ses enfants qui sont déjà eux-mêmes à la retraite ? Mieux vaut utiliser son patrimoine pour soi-même !

Le rapport a donc identifié deux objectifs d’efficacité économique sur cette épargne : augmenter la propension moyenne à consommer des seniors et favoriser une allocation plus productive de leur épargne.

Le viager est une solution simple pour rendre plus liquide le patrimoine immobilier des seniors. Une variante du viager, le VIP ou Viager Intermédié Partiel intègre le comportement spécifique des seniors. Le bien n’est que partiellement vendu, l’intermédiaire financier laisse toujours les ayants droit hériter mais il est co-héritier avec eux. Pour renforcer l’impact de ce dispositif, le rapport recommande le développement d’un marché du risque de la longévité qui abaisserait le coût de production bancaire de ces viagers.

Proposition n°4 : un livret argenté

  • Susciter dans les établissements financiers la création de produits adaptés à la clientèle âgée.
  • Mettre en place un Livret Argenté, en complément optionnel du Livret A avec pour objectif de canaliser l’épargne liquide des seniors vers le financement de la croissance

Ouvert à partir de 60 ans, le Livret Argenté pourrait répondre à deux objectifs : inciter à consommer plus et canaliser l’épargne vers le financement de la croissance tout en respectant deux critères : une totale sécurité et le respect des comportements prudents des plus âgés.

L’épargne serait garantie mais ne serait liquide que jusqu’à un certain seuil (par exemple 20%) sauf en cas d’évènements majeurs en lien avec l’âge de l’épargnant tels dépendance, déménagement, travaux d’adaptation de l’habitat, mariage ou chômage des enfants…

Gérés en masse, ces livrets pourraient s’investir partiellement sur le marché des actions et rendre l’épargne plus productive.

Proposition n°5 : un fond sectoriel

  • Créer un fonds de filière pensé moins comme un pur fonds de capital-risque que comme un véritable outil de politique industrielle, avec pour vocation l’amorçage, l’organisation de la filière et les synergies avec les filières complémentaires comme la domotique ou les dispositifs médicaux.

Plusieurs grandes entreprises seraient appelées au soutien de ce fonds car elles ont aussi intérêt à faire émerger ensemble d’autres acteurs qui ne sont pas leurs concurrents.

Proposition n°6 : encapsuler une partie de la filière dans l’habitat collectif ou le homecare*

  • Encourager le développement à l’international d’une offre de résidences seniors équipées des dispositifs de domotique et de services les plus innovants.

L’habitat doit offrir des solutions multiples aux personnes âgées. Il s’agit de répertorier les différents habitats collectifs ou individuels et d’identifier les choix d’adaptation du logement, le déménagement vers un logement adapté, la cohabitation intergénérationnelle…

Dans une logique industrielle, une offre de résidences seniors équipées de domotique et des services innovants aurait un fort potentiel à l’exportation.

*Homecare : soins à domicile.

En savoir plus : Commissariat général à la stratégie et à la prospective

Retrouvez toutes les actualités de la Silver économie et du bien-vieillir sur Silvereco.fr 
Catégories
Tags
  • dépendance
  • perte d'autonomie
  • Silver Economie
  • vieillissement