La dénutrition s’installe chez les personnes âgées lorsque les apports nutritionnels sont insuffisants de façon durable pour couvrir les besoins de l’organisme. Cette affection est particulièrement grave car elle fragilise des personnes déjà vulnérables et aggrave de nombreuses pathologies. En induisant la fonte de la masse musculaire, elle augmente significativement le risque de chute et constitue un facteur important de perte d’autonomie.

 

La dénutrition chez les personnes âgées

 

En France, entre 450 000 et 700 000 personnes âgées souffrent de dénutrition. Environ 5 % des personnes âgées vivant à domicile sont en état de dénutrition, 30 % des personnes âgées vivant en EHPAD sont touchées par la dénutrition, et 50 % à 70 % des personnes âgées hospitalisées sont dénutries.

 

Détection de la dénutrition

Certains signes peuvent alerter : un changement de comportement alimentaire, comme la perte d’appétit, des quantités moindres, des sauts de repas, ou des repas monotones. Une perte de poids significative, notamment une perte de plus de 5 % en un mois ou de plus de 10 % en six mois, est également un critère de dénutrition. L’indice de masse corporelle (IMC) est un autre indicateur : un IMC inférieur à 21 est un critère de dénutrition. La dénutrition induit une fonte de la masse musculaire, ce qui augmente le risque de chute.

 

Questionnaire de diagnostic

Le MNA (Mini Nutritional Assessment) est un questionnaire de 18 items permettant de détecter la dénutrition chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Un score inférieur à 17 indique une dénutrition, tandis qu’un score inférieur à 23,5 met en évidence un problème nutritionnel.

 

Facteurs favorisant la dénutrition

Plusieurs facteurs peuvent favoriser la dénutrition. La réduction de l’activité physique entraîne une diminution des besoins alimentaires et potentiellement de la sensation de faim. Un état dépressif, souvent lié à la solitude, au veuvage, à un changement de conditions de vie, à un choc psychologique, ou à une hospitalisation, peut également contribuer à la dénutrition. Les problèmes bucco-dentaires, digestifs ou de déglutition rendent la mastication difficile et certains aliments sont moins bien digérés. Certains médicaments ont des effets secondaires qui diminuent l’appétit ou modifient le goût des aliments. Le manque d’aide pour se déplacer, porter des courses, ou préparer des repas équilibrés, ainsi que le manque de ressources financières ou matérielles, sont également des facteurs de risque.

 

En savoir plus

Pour plus d’informations sur la dénutrition et des conseils pour une alimentation équilibrée, consultez les ressources suivantes : le guide nutrition à partir de 55 ans (Inpes – PNNS), le guide nutrition pour les aidants des personnes âgées, et le site officiel du PNNS à l’adresse www.mangerbouger.fr. N’hésitez pas à discuter de vos préoccupations avec un professionnel de la santé.

Catégories
Tags
  • dénutrition
  • dénutrition des personres âgées
  • perte d'autonomie
  • prévenir la perte d'autonomie
  • prévention de la perte d'autonomie