En raison de handicaps légers ou plus importants, d’isolement ou de solitude, beaucoup d’habitations deviennent inadaptées lorsque l’on avance en âge. L’évolution de la société et les difficultés liées aux logements font émerger de nouveaux concepts d’habitat senior et des initiatives innovantes.

Les nouveaux concepts d’habitat senior pour vivre le plus longtemps à domicile

L’habitat intergénérationnel

Mêlant les générations dans un groupe d’habitation ou dans une même habitation, l’habitat intergénérationnel est un concept qui se développe. La convergence d’intérêt préside à ce concept : rupture de l’isolement, services mutuels, difficultés de logement, développement de nouvelles relations… cette nouvelle forme d’habitat est, pour les seniors, une alternative au départ en établissement.

On distingue quatre grands types d’habitat intergénérationnel.
– L’habitat communautaire : l’espace personnel y est limité à une chambre et les activités quotidiennes sont faites de façon collective.
– L’habitat groupé : les logements y sont autonomes mais certains espaces sont partagés.
– L’habitat dit kangourou : une famille et un senior partagent la même habitation. Chacun dispose de son espace privé mais les services mutuels sont de rigueur.
– L’habitat partagé senior – étudiant : une chambre, le partage des sanitaires et de la cuisine pour un étudiant chez un senior en échange d’une participation financière et de quelques services. Pour éviter les malentendus mieux vaut passer par une association qui outre la mise en relation assure le respect des engagements mutuels.

L’habitat évolutif

Les seniors ont le choix entre l’habitation traditionnelle souvent peu adaptée à la survenance de handicap et les établissements spécialisés. Paratnt de ce constat, les professionnels de l’immobilier explorent de nouvelles voies basées sur l’évolution et l’adaptabilité de l’habitat.

Copropriétés à services autogérés
De petites copropriétés sont constituées de logements adaptés aux seniors valides ou handicapés autonomes. Ces logements sont dès le départ conçus pour pouvoir évoluer jusqu’à un certain stade de dépendance. Outre la gestion habituelle, la copropriété organise des services domestiques tels ménages, cuisine, blanchisserie… avec une intervention extérieure ou un personnel attaché à l’immeuble.
L’accession à ce type de copropriété est parfois soutenue par les collectivités territoriales.

Le concept d’habitat modulaire
– Un studio en plus pour les maisons avec jardin
Senior Cottage propose depuis moins d’un an un cottage de 20 ou 25 m2 avec terrasse que l’on installe dans son jardin à proximité de la maison principale pour y accueillir un proche en toute indépendance. Le cottage, proposé à la location ou à la vente, est pré-équipé ou équipé pour une personne dépendante sur le modèle d’une résidence médicalisée et intègre les gérontechnologies les plus récentes.
Le module de base de 20 m2 ne nécessite qu’une autorisation de travaux et coûte 49.900€. .
En savoir plus : www.senior-cottage.fr

– Un espace en plus
Dans des copropriétés classiques, Bihome propose quelques appartements évolutifs composés d’une habitation classique et d’un deuxième espace de vie indépendant. Cet espace peut selon les besoins être affecté à une activité professionnelle, l’accueil d’un proche ou d’une tierce personne. Proposé depuis 2012 dans la région lyonnaise, ce concept de logement évolutif devrait s’étendre dans toute la France.
En savoir plus : www.icade.fr

Des initiatives originales

Une vie en semi-communauté
L’association Lo Paratge, en Dordogne, porte le projet d’un ensemble d’une quinzaine de logements individuels de 50 m2 construit autour d’un lieu de vie commun composé d’une cuisine, d’un salon, d’une buanderie, d’un atelier et de chambres pour recevoir la famille et complété par un grand jardin potager. L’entraide est le maître mot afin de conserver indépendance et autonomie sans être un poids pour les enfants.

Un projet « vieillesse solidaire »
A l’initiative de trois septuagénaires, la maison des Babayagas a vu le jour à Montreuil en Seine-Saint Denis. La mairie a cédé le terrain, l’office HLM a construit le bâtiment d’une vingtaine de logements d’une piscine et d’espaces communs. Deux logements sont prévus pour les invités mais l’un d’eux pourrait accueillir une infirmière. Pour rejoindre les Babayagas, il faut être une femme, être cooptée et réussir la période d’essai de 6 mois. L’intervention d’une médiatrice extérieure est prévue en cas de différend. Enfin les Babayagas participent à la vie de leur ville en assurant du soutien scolaire, de l’alphabétisation…
En savoir plus : www.lamaisondesbabayagas.fr

Tags
  • habitat intergénérationnel
  • habitat modulaire
  • maintien à domicile